P/ Laurent Guérin - Kronoscopie

Aller au contenu

Menu principal :

À la une ! > Entre quat'z'yeux


Profil en 10 questions  -   Laurent Guérin


Kronoscopie tenait à faire découvrir Laurent à ceux qui ne le connaissent pas, non seulement parce qu'il est chargé du suivi du KRONOS en France, mais également parce qu'il fait partie des rares professionnels qui interviennent sur les forums et qui se montrent à l'écoute des utilisateurs des produits vendus par la société qui les emploie.



Kronoscopie : Bonjour Laurent et merci de te prêter au jeu des 10 questions. Pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ou peu, peux-tu te présenter s'il te plaît ?
Laurent : Bonjour François, bonjour les amis du site. Je m’appelle donc Laurent Guérin, j’ai 50 ans (la moitié de ma vie), je suis marié et j’ai deux enfants de 17 et 27 ans. Je suis passionné de musique depuis l’âge de 14 ans, et j’ai la passion des belles choses, tout ce qui concerne l’art, mais j’ai aussi une profonde admiration pour la création dans tout ce qu’elle comporte. J’habite dans un petit village près de Nantes et je suis originaire de la région bordelaise.

K : Quel est ton parcours musical et qu’as-tu fait avant de rejoindre Algam (l’importateur Korg en France) ?
LG : Mon parcours musical est complètement atypique ! J’avais 5 ans, mon père qui voyait que j’étais en admiration devant sa petite guitare, me l’a donnée alors que j’étais encore dans mon bain, et il m’a dit, tiens, vas-y débrouille-toi ! (Heureusement que ce n’était pas une guitare électrique, je ne pourrai pas répondre à tes questions aujourd’hui). Ayant un oncle musicien, je l’ai observé et j’ai copié tout ce qu’il faisait, donc j’ai appris les accords principaux et le rythme. Cela me passionnait, mais déjà, l’attrait de la recherche sonore est arrivé avec tout d’abord un orgue électrique (pas électronique hein, électrique !) Bontempi. Là encore, repérage des notes, recherche des accords, j’essayais de suivre des disques de Jean-Michel Jarre, Tangerine Dream, Vangelis, etc... J’ai acheté mon premier synthé qui était un Roland SH2000. Cela a été une réelle révélation !!! Au fur des années, j’ai pratiquement tout eu (Moog Modular, Roland, Yamaha, Korg, Kobol, Prophet, PPG, etc...). En 1989, j’ai joint l’utile et la passion en étant embauché chez Yamaha Musique France où je suis resté 11 ans, puis j’ai rejoint Gaffarel Musique en 2001. Voilà un peu mon histoire musicale.

K : À quoi le responsable du K
ronos en France passe-t-il ses journées ?
LG : À lire les forums !!! Non, je blague ! Nous travaillons en équipe chez Gaffarel et nous travaillons tous les jours à promouvoir les produits Korg dans les magasins de musique, par l’intermédiaire du site  "laboitenoiredumusicien.com". Nous travaillons en étroite collaboration avec les autres pays dans le monde entier pour échanger des idées, des ressources ; Korg est une vraie famille où tout le monde s’apprécie énormément. Nous travaillons de manière rapprochée avec Korg Japon pour faire évoluer les produits, donner notre avis, le vôtre. C’est pour cela que nous faisons régulièrement des petits sondages pour récolter des informations venant de vous, consommateurs. J’ai en charge aussi la direction des achats d’autres marques, mais je vous avoue que Korg prend la majorité de mon temps, et ce n’est pas pour me déplaire !

K : Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui souhaite faire carrière en tant que commercial dans le monde de la musique ?
LG : Le meilleur des conseils, c’est d’avoir la passion des produits qu’il va vendre. Je dis ça pour les instruments de musique, mais aussi pour tout autre produit. Avant de travailler dans le domaine musical, j’ai travaillé dans l’univers des fruits et légumes (eh oui !!!) et j’ai toujours eu la passion de ce que je vendais. Sans passion, il n’y a pas flamme !
Le second conseil que je pourrais donner est de ne jamais travailler seul, toujours travailler en équipe ! Partager les connaissances et les savoirs pour grandir, ne jamais se dire, je suis arrivé. J’ai 50 ans, et je suis toujours avide de connaissances. Il faut bien entendu aussi savoir discuter et aimer le contact avec les gens. Mais avant tout (!!!), et ce n’est pas que pour les commerciaux, toujours croire en ses capacités ! Toujours croire en soi, ne jamais se dévaloriser. Ce n’est pas être égocentrique que de dire qu’on est bon, si on a la volonté de toujours apprendre.

K : Aujourd’hui, il y a malheureusement de moins en moins de magasins de musique. Quels sont les ajustements auxquels un importateur comme Algam doit faire face ?
LG : Il ne faut pas avoir peur d’internet, il faut s’en servir comme d’un outil avec tous ses avantages, mais aussi, faire attention à ses limites. Je connais des gens qui achètent tout par internet, même leurs courses, et je trouve que le contact avec les autres est un peu coupé quand on parle ou on fait tout à partir d’une machine. Internet est là, c’est une réalité, c’est un fait. Comment l’utiliser pour que le consommateur s’y retrouve ?
Nous postons énormément de vidéos sur notre site de la boite noire, mais pour ceux qui le connaissent, rien ne vaut une belle démonstration de notre Michel national. Donc oui pour internet, mais ne négligez pas votre revendeur local, qui est là pour vous rendre service rapidement, pour vous faire des démonstrations. Nous avons la chance en France d’avoir un réseau de revendeurs de plus en plus spécialisé, même s’il y a encore beaucoup de travail à faire et nous nous y employons par des formations régulières. Et puis... rien ne vaut une belle discussion dans un magasin de musique avec un vendeur passionné, autour de machines qui font rêver !!! Cela, internet n’est pas encore capable de le proposer !


Laurent à droite de Manu (tri_tonton), avec les doigts facétieux de Michel Deuchst

K : Quels sont les points forts du K
ronos selon toi ?
LG : Sa polyvalence, sa puissance. On peut pratiquement tout faire avec. Grâce à ses 9 moteurs de synthèse, on peut voyager au travers d’univers musicaux tout à fait différents, et cela avec une qualité sonore à mon avis inégalée à ce jour. On retrouve dans le Kronos ce qui était dans l’Oasys, et ça c’est un gage de qualité ! L’évolutivité est aussi un argument important ! C’est une tradition chez Korg de faire évoluer les produits avec des versions d’OS toujours impressionnantes au niveau des possibilités, et cela toujours gratuitement pour le consommateur. Enfin, on peut utiliser son synthé pendant longtemps, sans devoir en changer parce que les sons sont obsolètes. Pour ceux qui comme moi on connu l’évolution des synthés, c’est un sacré avantage. Le système Karma est une fonction magique, pour ceux qui l’ont déjà testé, on plaque un accord et immédiatement on a une idée de composition, c’est tout simplement bluffant !

K : Tu as travaillé sur les produits Yamaha si je me souviens bien. Qu’est-ce qui selon toi différencie les produits Korg et la méthode Korg des autres marques ?
LG : Les deux marques ont chacune leur particularité. On dit toujours les sons acoustiques c’est Yamaha, les sons synthés c’est Korg. Cela a tendance à changer un peu avec l’arrivée du Kronos  et de sa nouvelle technologie permettant d‘utiliser des mémoires énormes pour les sons acoustiques.
J’ai une tendresse particulière pour les 2 marques, ayant participé au développement de produits de ces deux géants. Il y a une chose qui est très différente, c’est la passion  qu’ont les ingénieurs lorsqu'ils développent les produits. Chez Yamaha, c’est plus « usine ». Ce n’est pas une critique quand on voit le succès de leurs produits, mais je préfère le côté famille de Korg. Chez Yamaha, il y a une équipe d’ingénieurs pour les synthés, une autre pour les arrangeurs, etc. Chez Korg, c’est la même équipe qui développe tout ! C’est absolument fabuleux de voir la passion de nos amis japonais.

K : Comment vois-tu l’évolution des produits Korg sur le long terme, plus d’intégration VSTi, regroupement des synthétiseurs avec les arrangeurs, produits dans un nouveau domaine, évolution autre ?
LG : Il est difficile de faire évoluer le Kronos, par exemple, quand on voit à quel degré de technologie on est arrivé dans un instrument de musique. Je ne crois pas trop à l’intégration de VSTi. Ce n’est pas dans la philosophie de Korg. Les ingénieurs préfèrent créer leurs propres softs, pour que l’intégration soit optimum  avec les Workstations. Je comprends l’attente de beaucoup d’entre vous qui souhaiteraient utiliser vos softs préférés sur votre Kronos par exemple. Je crois que les deux mondes sont complémentaires et que l’utilisation d’un ordinateur et d’un synthétiseur ne pose plus de problèmes au jour d’aujourd’hui.
Qu’est ce qu’on pourrait ajouter au Kronos ? De nouvelles synthèses, de nouvelles fonctionnalités ? Les ingénieurs travaillent d’arrache-pied à des surprises pour bientôt. Restez attentifs sur le forum, vous saurez tout en temps utile !!!
Il faut savoir que les arrangeurs haut de gamme sont développés er fabriqués par une autre division d’ingénieurs en Italie. Je rêve d’un rapprochement entre les deux staffs pour prendre la quintessence de chaque produit pour en faire un instrument encore plus merveilleux. Peut être un jour !

K : Que peut-on trouver sur ton iPod en ce moment ?
LG : J’écoute tout ce qui est musique, donc en ce moment, c’est du Peter Gabriel, du Afro-Celte, j’adore le mélange des cultures musicales ! C’est dans ce sens que je compose, c’est dans ce sens que je veux évoluer. Sinon, j’écoute aussi la musique du film « Passion » d’Ennio Morricone, du Deep Forest bien sûr, et tous les groupes qui ont bercé mon enfance (Tangerine Dream, Depeche Mode, Klaus Schulze, Rick Wakeman) ! J’écoute aussi tous les nouveaux artistes. Il y a de plus en plus de talent à découvrir, et encore une fois, je suis fan de tous ceux qui créent. J’écoute souvent du classique, mais je suis également capable d’écouter des chants du monde pendant des heures !

K : Tu es natif de la région de Bordeaux je crois. As-tu néanmoins trouvé ton bonheur en vin dans la région des Pays de Loire, des recommandations ?
LG : La France est un merveilleux pays où chaque région regorge de secrets et de ressources. Chaque région a son histoire et son héritage. Étant de formation agricole, je connais assez bien le Bordeaux, mais j’ai découvert des trésors tout au long de mes voyages. Du côté nantais, il y a bien entendu le muscadet (obligatoirement sur lie, bien sûr), mais aussi, de magnifiques vins rouges et rosés que je vais chercher directement chez mon producteur. C’est aussi le luxe de vivre à la campagne.
Un bon repas (c’est une de mes nouvelles passions que la cuisine), accompagné d’un bon vin entre amis ou en famille... La vie est tellement belle !!!

K : Merci Laurent !
LG : Merci François, longue vie à ton site, merci à tous les fans de Kronos.
Ma maman me disait toujours « tes passions, quelqu’un te les a transmises ! Ne les garde jamais pour toi, fais-les partager, bonifie-les, fais-les vivre ! ». C’est mon crédo, c’est ma vie !
Que votre musique soit belle et souvenez-vous que vous êtes tous les meilleurs du monde ! N’en doutez jamais !!!

© 2012/05

Retourner au contenu | Retourner au menu