Connexions de base - Kronoscopie

Aller au contenu

Menu principal :

Didacticiels > Conduite accompagnée


Série « Les didacticiels de François »

Explication détaillée des connexions du Kronos


Les documents « Guide prise en main » et « Manuel de l'utilisateur » passent en revue les connexions du panneau arrière du Kronos, mais il nous a semblé qu'un didacticiel complet serait utile aux débutants.


Vue du panneau arrière



1 -  Ports USB

Le KRONOS est muni de deux connecteurs USB type A et d'un connecteur USB type B.



L'illustration ci-dessus indique la différence entre les deux prises. Si vous vous demandez pourquoi il existe deux types de connecteur, la pratique veut que la connexion « upstream » (en amont vers l'ordinateur) fasse usage du connecteur A, tandis que la connexion « downstream » (en aval vers l'appareil) utilisera un connecteur de type B.

Type B

Au niveau du Kronos, le connecteur de type B ne sert qu'à une seule chose, relier le Kronos à un ordinateur afin d'établir une connexion permettant d'échanger des données MIDI dans les deux sens. Pour cela, il faudra installer un pilote USB et communiquer via ce pilote USB. Ce dernier est installé automatiquement par Windows XP et systèmes ultérieurs sur les PC, ainsi que par OS X version 10.2 et systèmes ultérieurs sur le Mac. Il suffira alors de sélectionner le pilote USB du Kronos pour la communication MIDI de l'application utilisée sur l'ordinateur.

Notez qu'il n'est pas possible de recevoir un signal MIDI via la prise MIDI In et de router ce signal vers la prise MIDI USB. Notez également que le pilote MIDI USB ne permet qu'une seule connexion à la fois. Il faudra donc recourir à des artifices logiciels de type patchbay virtuelle pour contourner cette limite.

Type A

Les ports du Kronos sont de type USB 2.0, ce qui veut dire que la bande passante (ou vitesse de transfert théorique) est de
480 Mbit/s (60 Mo/s).

Ces deux ports de type A peuvent servir à :

-  Connecter des périphériques de stockage, tels disque durs externes, disques amovibles ou clés. Le format à utiliser est FAT32. Il est recommandé d'utiliser le Kronos
pour formater un périphérique de stockage, particulièrement lorsqu'il s'agit d'un disque dur de taille supérieur à 32 Go (limite de Windows XP au niveau du formatage). Le Kronos reconnaît les disques durs externes jusqu'à 2 To.

-  Connecter un lecteur/graveur de DVD/CD-RW. Attention, le KRONOS est capable de lire les données inscrites sur un DVD, mais il ne peut fonctionner en mode de gravure qu'avec des disques de type CD-RW. Ces derniers sont formatés par le KRONOS en mode UDF, ou « packet writing », ce qui signifie qu'il faudra dans certains cas finaliser le CD (conversion au format ISO9660) avant de pouvoir le lire sur un ordinateur.

-  Connecter des périphériques MIDI comme un nanoPAD ou encore un clavier-maître. Les périphériques choisis doivent être de type « class-compliant », c'est-à-dire ne requérir aucun pilote à installer. Cela signifie qu'un Novation X-Station ne sera pas reconnu par le K
ronos, alors que le Novation Impulse le sera (sans Automap, bien sûr).



2 -  Entrées audio analogiques

Au nombre de deux, elles sont exactement les mêmes. Chaque entrée audio possède son propre sélecteur LINE/MIC ainsi qu'une commande de niveau du gain.

Le sélecteur LINE/MIC est appelé ainsi pour faciliter la compréhension de ce à quoi sert cette entrée analogique. De manière typique, ces deux entrées serviront à brancher une guitare (LINE) et un microphone (MIC). Lorsque ce sélecteur (ou commutateur) est enfoncé, le K
ronos s'attend à recevoir un signal de type LINE et, inversement, un signal de type micro lorsque le sélecteur est relevé.

En fait, il s'agira ici de faire une distinction entre signal Hi-Z et signal Lo-Z, termes qui se réfèrent à l'impédance (symbole Z), qualifiée de haute (hi) ou basse (lo). Que signifie ce terme d'impédance ? Cette dernière
mesure la résistance d'un appareil (écouteurs, casques, enceintes) au signal électrique (portant le son) qui lui est envoyé. Sans rentrer dans le détail, rappelons-nous simplement que les microphones ont en général une basse impédance, tandis que les instruments (guitare électrique, autre synthétiseur), table de mixage et processeur d'effets envoie un signal à haute impédance en sortie.

Remarque : lorsque vous branchez une guitare électrique sur l'entrée audio, il est conseillé d'utiliser une guitare munie de micros de type actifs. Si votre guitare est équipée de micros de type passifs, il vaut mieux brancher cette guitare sur un préampli, un processeur d'effets ou un boîtier DI (à injection directe) avant d'envoyer le signal dans le Kronos. Au niveau de la guitare, actif/passif signifie que les micros possèdent, ou pas, une préamplification. Il est possible de brancher une guitare à micros passifs sur l'entrée analogique avec sélecteur sur position LINE, mais il faudra alors faire usage de la commande de niveau du gain pour amplifier le signal jusqu'à obtenir un niveau avec lequel il est possible de travailler. Néanmoins, dans une optique de recherche de la qualité audio maximum, il est déconseillé de brancher une guitare à micros passifs directement dans le Kronos sans passer par l'une des options mentionnées ci-dessus.


L'entrée analogique en soi requiert une prise jack 1/4" (6,35 mm) de type « TRS balanced ». Balanced en anglais veut dire symétrique. Son contraire étant unbalanced ou asymétrique. Voir le bas de page pour une explication détaillée des différences entre les deux termes et de leur application pour un signal audio. Que veut dire TRS ?

Connecteur TRS : TRS est l'acronyme des termes anglais Tip, Ring, Sleeve (Pointe, Anneau, Manchon). Ce type de prise jack mâle possède trois contacts, à savoir une référence (sur le corps du jack) et deux signaux (canal gauche/point chaud sur la pointe et canal droit/point froid sur l'anneau). Une prise jack TRS est donc symétrique, avec tip = chaud, ring = froid et sleeve = masse, mais pas forcément stéréo. Voir l'explication de symétrique/asymétrique en bas de page.


Enfin, on trouve une commande de niveau du gain. Celle-ci sert à affiner le gain du signal d'entrée afin d'obtenir le meilleur réglage possible avec le K
ronos. Il faudra pour cela démarrer proche du minimum et augmenter petit à petit, jusqu'à obtenir le point d'équilibre où le signal est fort, sans pour autant produire de clipping (coupure de son) ou de saturation. Par défaut, lorsque le sélecteur est sur LINE, le niveau nominal est de +4 dBu avec 12 dB de marge de manœuvre. Sans rentrer dans les détails de ce que niveau nominal veut dire en termes de tension, sachez que +4 dBu est la norme professionnelle, tandis que -10 dBV est la norme produits de consommation. À notre niveau, cela veut dire que le Kronos travaille avec des signaux de meilleure qualité.

Mic/Max : attention au sélecteur de niveau du gain. Sur sa position maximum, il procure un gain de 40 dB au-dessus du gain unitaire (le gain unitaire signifie un signal de 0 dB en sortie). Il sera donc très facile de saturer un signal d'entrée. Procédez au réglage de la commande de gain en démarrant sur la position Min et en augmentant petit à petit le niveau jusqu'à trouver le point d'équillibre entre force du signal et qualité de ce signal.



3 -  Sorties audio analogiques

Le K
ronos est muni de six sorties symétriques (balanced) prévues pour des prises jack 1/4" (6,35 mm) de type TRS. Se reporter à l'explication de symétrique et TRS en bas de page. Le niveau de référence du signal est également la norme professionnelle +4 dBu.

Ces sorties sont en fait regroupées en une paire stéréo MAIN, que sont les prises L/MONO et R, et en quatre sorties étiquetées INDIVIDUAL, que sont les prises 1, 2, 3 et 4.

Les deux prises MAIN sont les sorties principales du K
ronos, le bouton de volume contrôlant la puissance du signal en sortie. Par défaut, tous les programmes et les combinaisons sont paramétrés vers ces sorties au niveau du cheminement de leur signal audio. Normalement, vous utiliserez un câble stéréo L+R. Néanmoins, il se peut que vous ayez à brancher le Kronos sur un ampli de puissance qui ne possède qu'une entrée mono. Dans ce cas, c'est la prise L/MONO qui servira et transformera les deux signaux stéréo en un signal mono.

Les quatre prises individuelles servent essentiellement à vous permettre d'isoler des signaux particuliers, qui peuvent être des sons provenant de programmes ou combinaisons (dont un timbre particulier), d'entrées audio ou encore de pistes audio du séquenceur.

Ces quatres sorties peuvent être regroupées en deux paires stéréo en allant à la page Audio du mode Global et en réglant le paramètre LR Bus Indiv. Assign.

NB : le bouton de volume n'a aucun effet sur les sorties individuelles.


Enfin, la page Program P8: Insert Effect-Routing vous permet à l'onglet Bus Select (IFX/Indiv. Out Assign) de spécifier le bus de sortie des oscillateurs. Attention, si vous sélectionnez 1-4 ou 1/2-3/4, le signal ne transitera pas vers les effets d'insertion (IFX), l'effet principal (MFX) ou l'effet global (TFX). Dans ce cas, vous souhaitez utiliser des effets externes au K
ronos pour traiter le signal audio produit par l'un des moteurs de synthèse ou acheminé vers ces sorties danws le cas du signal de l'une des deux entrées audio.


4 -  Prises MIDI

Pour les grands débutants, ceux qui se retrouvent devant un synthétiseur pour la première fois, il est facile de confondre les types de prise ou encore de ne pas comprendre la disctinction audio/MIDI. Le point important à clarifier est donc de savoir ce qu'est une prise MIDI et à quoi servent les trois prises MIDI du K
ronos.

Les prises audio analogiques INDIVIDUAL et MAIN ou les prises audio numériques S/P DIF servent à véhiculer le son produit par le K
ronos. Les prises MIDI servent à transporter les codes informatiques qui permettent de contrôler le Kronos et les sons qu'il produit. Cela signifie que les prises MIDI ne produisent aucun son en tant que tel. Elles sont là uniquement pour l'échange des données MIDI, un système créé au début des années 80 afin de permettre la communication entre instruments munis de ce protocole. Cela peut signifier une communication entre un ordinateur et un synthétiseur, entre deux synthétiseurs ou encore entre un synthétiseur et une boîte à rythmes.

Les informations échangées entre machines équipées du protocole MIDI sont la plupart du temps de trois types, que sont les messages concernant les notes jouées (do, ré, mi...), les messages concernant les paramètres de contrôle des notes jouées (volume, expression, panoramique, pitch bend...) et les messages de sélection des sons (Prog xx de la banque AA, Combi yy de la banque BB...).

Au niveau physique, les prises MIDI utilisent des connecteurs DIN, abréviation de
Deutsches Institut für Normung, l'association allemande de normalisation, similaire à l'AFNOR en France. Le terme DIN lui-même peut prêter à confusion, car il existe différents types de prises DIN, toutes circulaires avec encoche, mais comprenant entre 3 et 8 broches et différentes répartitions de ces broches. La prise retenue pour la norme MIDI utilise l'une des deux prises DIN à 5 broches, référencée DIN41524, dont les broches sont réparties sur 180° (prise avec la coche verte sur la figure ci-dessous).



Les premiers prototypes réalisés par Dave Smith à l'époque de Sequential Circuit utilisaient des prises jack 1/4" standard. La prise DIN fut choisie à un moment où la norme DIN était le standard reconnu pour les connections audio (norme aujourd'hui supplantée par la prise jack RCA). De plus, cela a permis de pouvoir différencier facilement les câbles MIDI des câbles audio à base de prise jack. Trois points étant requis (dont un pour la masse à la borne 2), la prise à 5 broches offrait l'avantage de laisser de la marge de manœuvre en cas de développement futur nécessitant des points de connexion supplémentaires.



Notez que la numérotation est un peu bizarre, puisqu'elle suit l'ordre (de gauche à droite) 3, 5, 2, 4, 1.

MIDI In, MIDI Out, MIDI Thru

La communication MIDI est sérielle, asynchrone et bidirectionnelle. Cela signifie qu'un câble MIDI peut servir dans les deux sens, mais que la communication a besoin de deux câbles, un pour l'entrée In, l'autre pour la sortie Out. Le Kronos
va donc recevoir les informations MIDI par la prise MIDI In et va envoyer des informations à d'autres machines via la prise MIDI Out.

La prise MIDI Thru quant à elle sert à établir ce que l'on appelle une connexion en cascade (daisy-chain en anglais). Elle permet le branchement suivant :

MIDI Out Machine 1 -> MIDI In Machine 2, MIDI Thru Machine 2 -> MIDI In Machine 3


Avec ce type de branchement, les données MIDI envoyées par la machine 1 sont reçues par la machine 2 et la machine 3. En d'autres termes, la prise Thru sert à dupliquer les données reçues par la prise In.

Sur le papier, on pourrait continuer à brancher d'autres appareils MIDI sur la prise Thru. Mais la pratique montre qu'une limite de 3 appareils est le maximum à ne pas dépasser sous peine de commencer à voir les données se dégrader. De plus, avec plusieurs instruments MIDI, il est recommandé d'acheter une interface MIDI multiports afin de faciliter la gestion des données MIDI.


5 -  Entrée et sortie audio numériques

Le Kronos est équipé d'une entrée numérique et d'une sortie numérique de type S/P DIF (Sony/Philips Digital Interconnect Format), qui véhiculent des signaux stéréo de type 24-bit / 48 kHz. Les câbles à utiliser doivent être compatibles "digital audio" et doivent avoir une prise TOSlink (abréviation de Toshiba Link). Attention, il existe deux types de terminaison TOSlink. L'illustration ci-dessous indique le type de prise requis par le Kronos (coche verte).



Les prises TOSLINK peuvent également être référencées sous leur dénomination officielle, qui est
IEC60958 ou EIAJ CP1201.

ATTENTION ! Le format S/P DIF n'est absolument pas compatible avec le format ADAT Lightpipe ou ADAT Optical. La source de confusion est que les câbles ADAT et TOSlink sont tous les deux des câbles à fibres optiques et qu'ils utilisent tous les deux la même prise de terminaison, appelée JIS F05. Les protocoles sont différents, de même que leurs applications. La norme TOSlink sert à transporter des signaux numériques stéréo ou multi-canaux de type "surround" 5.1 ou 7.1, tandis que la norme ADAT véhicule jusqu'à 8 canaux audio 24-bit / 48 kHz à la fois.

Différence entre standard professionnel et grande consommation

Le schéma ci-dessous illustre les différences entre les connexions numériques classées professionnelles ou grande consommation.



Au niveau des différentes utilisations, la prise AES/EBU (câble STP symétrique) véhicule un signal audio numérique pour des applications professionnelles et la prise BNC (câble co-axial à 75 ohm) sert le plus souvent à relier des appareils numériques pour fixer l'horloge (voir ci-dessous). Pour les produits de grande consommation, on trouve soit la prise RCA (câble co-axial à 75 ohm), souvent de couleur orange, ou les prises TOSlink (câble à fibres optiques).

Au niveau du K
ronos, le choix d'une connexion TOSlink s'explique sans doute au niveau des applications envisagées. En effet, la plupart des appareils numériques de type lecteurs MiniDisc, CD, DVD ou DAT sont munis de prises TOSlink. Dans le cadre de l'échantillonnage d'un CD tout en restant dans le domaine numérique, il sera facile de connecter le lecteur au Kronos via la prise S/P DIF.

Usage des prises numériques

La prise OUT(MAIN) envoie en sortie le même signal que celui véhiculé par les prises analogiques L/R, mais sous forme numérique. L'autre différence est que le bouton de volume général n'a pas d'incidence sur la sortie S/P DIF.

La prise IN peut servir pour diverses applications, dont l'enregistrement, l'échantillonnage et le mixage en temps réel avec les effets. Notez que vous pouvez utiliser l'entrée numérique en même temps que l'entrée analogique et que l'entrée audio USB !


6 -  Prises pour les pédales

Le K
ronos offre trois prises qui servent à brancher des pédales. Rappel, la section "Accessoires et gadgets" présente les diverses pédales Korg disponibles. Examinons les différences entre ces trois prises.

Damper

Polarité

Il s'agit ici de la pédale de sustain, c'est-à-dire la fonction du synthétiseur qui sert à émuler la pédale de droite d'un piano acoustique, laquelle relève les feutres des cordes afin de laisser sonner ces cordes jusqu'à relâchement de la pédale ou fin de la décroissance naturelle du son. Au niveau du protocole MIDI, le sustain est déclenché par le contrôleur continu CC#64. Avec des valeurs de 0 à 63, le sustain est Off, et il est On avec des valeurs de 64 à 127.

Au niveau des pédales de sustain utilisées avec les synthétiseurs, celles-ci sont munies d'une polarité + ou -  qui permet de définir comment interpréter l'appui et le relâchement de la pédale. Malheureusement, les fabricants ne se sont pas entendus sur un format universel, ce qui fait que nous avons aujourd'hui trois types de pédales de sustain : des pédales à polarité positive, des pédales à polarité négative et des pédales à polarité réglable.

Les synthétiseurs Korg sont prévus pour fonctionner par défaut avec des pédales à polarité négative. Même s'il est possible de modifier la polarité requise en allant à la page P2: Controllers/Scale du mode Global, il est recommandé de se procurer une pédale à polarité négative par défaut. Cela simplifiera l'usage de la pédale avec le KRONOS, tout en évitant des problèmes potentiels d'interférence avec les sons (qui existent depuis le Triton).

Pour assurer une parfaite compatibilité avec le KRONOS, la pédale Korg DS-1H est donc la pédale de sustain recommandée. À défaut, l'une des pédales de type "momentary footswitch" (on/off) de chez Korg, la PS-1 ou la PS-3, peut servir pour déclencher le sustain.

Half-damping

La pédale DS-1H de Korg est une pédale progressive qui a été spéciallement conçue pour le contrôle de la fonction "damper", ainsi que pour donner l'impression d'utiliser une vraie pédale de piano acoustique. Ce type de pédale progressive permet un contrôle plus fin de la fonction "damper" que d'utiliser une pédale de type on/off, ce que l'on appelle le half-damping.

Une pédale progressive fait que plus on enfonce la pédale de sustain, plus le sustain est important. Le K
ronos supporte la fonction half-damping, donc le fait de brancher une pédale progressive sur la prise Damper va modifier le mode de fonctionnement de la pédale de sustain. Ainsi, on pourra obtenir les positions on et off normales et une position intermédiaire, dite de half-damping, permettant un contrôle gradué du sustain, comme si les feutres du piano restaient légèrement en contact avec les cordes afin de produire une résonance moins prononcée.

Pour cela, il faudra activer la fonction half-dampler dans le mode Global. Une fois cette fonction activée, le fait de recevoir des messages CC#64 va moduler le paramètre Amp EG selon un tableau de correspondance des valeurs envoyées par la pédale progressive (voir la page 40 de la version E4 du Guide des paramètres). Ce tableau de valeur peut être modifié en procédant au réglage de la sensibilité de la pédale progressive via la fonction "Half-damper calibration".

Assignable Switch

La prise Assignable Switch permet de brancher une pédale on/off simple, appelée "momentary footswitch", telle que la pédale Korg PS-1. La fonction déclenchée par cette pédale dépend du préréglage attribué à l'action de la pédale lorsqu'on appuie dessus.

Le K
ronos permet de contrôler un très grand nombre de fonctions via la pédale branchée sur Assignable Switch. Cela peut être modulation de sons ou d'effets, détermination du tempo selon le battement de pied sur la pédale (tap tempo), la fonction marche/arrêt du séquenceur, etc.

La page P2: Controllers/Scales du mode Global permet de sélectionner la fonction déclenchée par la pédale. Une liste complète des fonctions disponibles figure aux pages 1104 et 1105 de la version E4 du Guide des paramètres.

Notez que l'une des applications très pratique d'une pédale "momentary footswitch" consiste à lui affecter la fonction "Program Up". Lorsque vous donnez un concert, il suffira de préparer une banque contenant les différents sons requis par les morceaux joués, pour ensuite passer d'un programme à l'autre d'un simple appui sur la pédale.

Il peut être également très utile de contrôler le déclenchement du système KARMA (KARMA On/Off) ou de la piste de batterie (D.Track On/Off) au pied, car cela laisse les deux mains libres pour jouer et contrôler d'autres paramètres via la surface de contrôle du K
ronos.

Assignable Pedal

La différence principale avec la prise "Switch" est que cette prise permet de brancher des pédales de contrôle continu. Par exemple, les pédales Korg EXP-2 ou XVP-10 qui permettent, entre autre, de contrôler le volume (CC#7) ou l'expression (CC#11), mais également de moduler des paramètres tels niveau des effets, niveau de joystick, de ruban, valeur de curseur, valeur de bouton Real Time, etc.

C'est également la page P2: Controllers/Scales du mode Global permet de sélectionner la fonction contrôlée par la pédale. Et la page 1106 de la version E4 du Guide des paramètres dresse la liste des fonctions qu'il est possible de contrôler à l'aide d'une pédale de contrôle continu.

Parmi les applications les plus utiles, on peut noter le contrôle du volume, de l'expression et de la panoramique. En mode séquenceur et overdub, la pédale de contrôle continu pourra servir à créer un effet de crescendo-decrescendo en réglant la pédale sur le contrôle de l'expresssion, ou encore la variation du placement de la panoramique d'un instrument via le contrôleur CC#10.

Autres pédales et pédaliers

Le K
ronos propose les trois prises plus ou moins standard avec tous les synthétiseurs, à savoir Damper, Assignable Switch et Assignable Pedal. Néanmoins, il existe également d'autres moyens de contrôler les fonctions du Kronos au pied. Pour cela, il faut passer par un pédalier comme le Yamaha MFC-10 ou le Behringer FCB1010. Dans ce cas, ce sont les contrôleurs continus MIDI qui seront concernés puisque le pédalier sera branché sur la prise MIDI In du Kronos.

NB : le pédalier Korg EC5 n'est pas compatible avec le K
ronos. Ce pédalier est prévu pour fonctionner avec les arrangeurs Korg des séries i et PA.

Comment émuler le pédalier d'un piano acoustique


Dans ce cas de figure, vous souhaitez pouvoir émuler la pédale una corda (gauche) et la pédale de sustain (droite) d'un piano acoustique. Pour cela, deux méthodes s'offrent à vous :

1. Faire usage des prises "Damper" et "Assignable Switch" du K
ronos

-  Vous avez le choix entre utiliser une pédale de sustain classique, à laquelle vous rajouterez une pédale momentary switch comme la PS-1, ou encore une double pédale comme la Korg PS-2 ou la Studiologic VFP-2/10.

-  Une fois que vous avez branché la prise jack de la pédale de switch ou de la pédale gauche d'une pédale double sur l'entrée "Assignable Switch" du K
ronos, allez dans le mode Global à la page Controllers, puis réglez la fonction "Assignable Switch" sur "Soft CC#67". La pédale de swicth émule alors la pédale una corda du piano.



2. Utiliser un pédalier MIDI

-  Vous possédez un pédalier MIDI de type Yamaha MFC-10 ou Behringer FCB1010, lequel est branché sur la prise MIDI In du K
ronos.

-  À l'aide du mode d'emploi de votre pédalier, suivez les instructions qui décrivent comment affecter le contrôle de paramètres MIDI aux switchs du pédalier. Il suffit alors d'affecter les paramètres de contrôle continu suivants :

CC#64 = pédale de sustain
CC#66 = pédale de sostenuto (pédale du milieu)
CC#67 = pédle una corda (soft pedal en anglais)


Ainsi, trois switchs du pédalier permettront d'émuler les pédales du piano acoustique. Bien entendu, vous pouvez décider de ne pas affecter de pédale du milieu.

-  Le contrôle des paramètres MIDI CC#64, 66 et 67 se fait de manière on/off, même avec des pédales progressives. Les valeurs sont
≤63 off, ≥64 on.




Explication de symétrique/asymétrique

Afin de mieux comprendre l'intérêt d'utiliser des câbles symétriques, donc balanced comme ce qui est prévu avec le K
ronos, voici un petit schéma explicatif :



Sans rentrer dans une explication "prise de tête" de phase, opposition de phase et différence de potentiel, retenons simplement que l'intérêt majeur d'un signal symétrique ou balanced, c'est avant tout d'agir sur la qualité du son en essayant d'éliminer les bruits parasites au maximum. Certes, il est possible d'utiliser des câbles asymétriques sans rencontrer trop de problème de bruit si la distance est courte, disons 1 mètre, mais pour faire la chasse à la ronflette (hum en anglais) ou au bourdonnement (buzz en anglais), rien ne vaut un câble symétrique.

Lorsqu'on lit des explications sur internet ou ailleurs, la plupart du temps il est dit que symétrique est synonyme de stéréo. Ce n'est pas faux, mais cela n'explique pas non plus le terme. De plus, un jack mono peut être utilisé pour réaliser une connexion symétrique et on peut trouver des câbles asymétriques stéréo ! Essayons d'y voir plus clair.

Connexion symétrique avec jack mâle mono ou stéréo, connecteur TS et TRS

Au niveau du câblage, asymétrique veut dire que deux signaux sont transmis avec un seul câble, tandis que l'on retrouve deux conducteurs plus un blindage pour un câble symétrique. Le résultat est que cette connexion permet d'isoler complètement les deux machines reliées par le câble et donc d'éliminer la ronflette. Le terme symétrique est utilisé, car chacun des conducteurs véhicule le signal opposé du celui transporté par l'autre (comme indiqué sur le schéma ci-dessus, deux signaux avec opposition de phase).

Au niveau des câbles, le conducteur central est appelé âme et la gaine l'entourant est appelée blindage. Le conducteur central est appelé point chaud, car il sert de conducteur au signal. La gaine de blindage est appelée masse, car elle est reliée à la masse des appareils auxquels elle est connectée.

Avec une liaison asymétrique, c
ette gaine métallique (dont l'une des principales fonctions est la protection de l'âme contre les parasites), n'a pas de potentiel nul tant donné qu'elle sert aussi à boucler le circuit électrique. Elle fait donc office de circuit de retour, ce qui fait que le signal transporté ne sera pas complètement à l'abri des parasites induits sur la tresse métallique.

En ce qui concerne les connecteurs, reprenons à nouveau un petit schéma explicatif.



Jack mâle mono : 1 = masse ; 2 = point froid ; 3 = point chaud ; 4 = anneau isolant
Jack mâle stéréo : 1 = masse ; 2 = canal droit ; 3 = canal gauche ; 4 = anneaux isolants

Une erreur commune est donc d'associer symétrique à stéréo. Le schéma ci-dessus nous montre bien qu'il est possible de trouver des câbles mono qui sont également symétriques. D'ailleurs, autant utiliser ce type de câble si l'instrument à brancher sur l'entrée analogique envoie un signal mono en sortie. En tout état de cause, que le connecteur soit mono ou stéréo, pour un montage symétrique le connecteur doit être de type TRS (3 points) et non TS (deux points).

Rappel : TRS = Tip, Ring, Sleeve (Pointe, Anneau, Manchon) et TS = Tip, Sleeve (pas d'anneau).

Une autre manière de schématiser la différence entre mono/stéréo et asymétrique/symétrique est de dire :
-  Stéréo signifie que deux voies audio sont transportées par le câble.
-  Symétrique se rapporte à la manière de transporter le signal, que ce dernier soit une ou deux voies audio.

Ainsi, pour récapituler le montage asymétrique/symétrique des câbles, on retiendra que :
-  Câblage mono asymétrique = deux fils en tout, dont un fil de masse.
-  C
âblage mono symétrique = trois fils en tout, dont un fil de masse.
-  C
âblage stéréo asymétrique = trois fils en tout, dont un fil de masse.
-  C
âblage stéréo symétrique = cinq ou six fils en tout, selon qu'il y a un seul fil de masse ou deux (deux masses = usage d'une prise XLR 5 points).

En cas de doute sur la nature symétrique/asymétrique du câble à votre disposition, utiliser un câble avec des connecteurs stéréo. Et quoi qu'il en soit, connecteur mono ou stéréo, toujours acheter des câbles symétriques, car il peuvent être aussi utilisés avec des prises asymétriques et ils garantiront une meilleure gestion du bruit potentiel dans le studio.

Enfin, notons qu'un signal asymétrique peut être rendu symétrique grâce à un boîtier d'injection directe (DI Box).

 
Retourner au contenu | Retourner au menu